TEST: Adidas Adizero Adios 6

A la recherche d’une chaussure dynamique pour mes séances de fractionnés et mes compétitions, je me suis laissé séduire par les Adidas Adizero Adios 6. Modèle phare de la marque aux trois bandes depuis des années, l’Adios a grandement évolué sur les deux dernières versions, de quoi changer l’ADN de cette chaussure ? Réponse dans ce test complet…

Adidas Adios 6 : caractéristiques techniques

Avant de rentrer dans le détail du test terrain que j’ai effectué avec cette chaussure, je vous propose de retrouver toutes les caractéristiques de ce nouveau modèle :

  • La semelle intermédiaire est composée en grande partie de la mousse LightStrike, complétée sur l’avant-pied par du LightStrike Pro. Exit donc le Boost des modèles précédents qui est remplacé par ces deux mousses, plus légères et dynamiques.
  • La semelle extérieure effectue également une mue par rapport à la version 5, ici, pas de quadrillage sous l’avant-pied mais un rainurage sur les parties arrière et avant de la chaussure. Les parties en contact avec la route sont toujours élaborées grâce au partenariat avec Continental, ce qui garantit une accroche optimale.
  • La coque du talon est rembourrée et permet de gagner en confort et de limiter les risques de frottements et d’irritations.
  • Adidas a fait le choix pour plusieurs modèles de la marque d’utiliser au moins 40% de matériaux recyclés, c’est pourquoi apparait la mention PrimeGreen  sur le descriptif de la chaussure.
  • Le Drop a été légèrement abaissé par rapport à la précédente version, pour passer à 8 mm.
  • L’Adios 6 a pris un peu d’embonpoint cette année, le poids est de 236 g en pointure 42 (contre 219 g pour la version 5).
  • Le Mesh a été revu, il est plus aéré et l’empeigne plus fine.

Une refonte totale du modèle !

Habitué au modèle depuis quelques années, j’ai été un peu surpris en ouvrant la boîte et en découvrant cette Adidas Adios 6. Comme une impression de déballer une paire de Boston ! En effet, par rapport aux modèles précédents, plus proches du sol, on se retrouve avec une chaussure avec une semelle beaucoup plus épaisse ! Lorsque je compare avec mes anciennes Adios 5, c’est quasiment 1 cm de plus sous le pied. 32 mm au talon et 24 mm à l’avant, c’est l’équivalent de mes vieilles Boston 8.

L’avant-pied parait plus large, ce qui se confirme à l’enfilage, on gagne en place au niveau de la toe-box. Pour moi qui ai le pied relativement fin, cela ne change pas grand-chose, le pied est  bien maintenu et l’espace gagné sur l’avant-pied ne crée pas de « flottement » dans la chaussure. Ce gain de place ravira les coureurs avec le pied un peu plus fort et qui pouvaient se sentir à l’étroit dans les versions précédentes.

Le mesh est plutôt réussi et gagne en terme d’aération, c’est fin et respirant, à tel point que l’on voit ses chaussettes au travers.

La languette est fine, juste ce qu’il faut de confort sans pour autant être dans l’excès, on est sur un modèle de compétition quand même ! La languette est maintenue en place par un tissu élastique, ce qui permet au pied d’être bien maintenu et à la languette de ne pas glisser sur les côtés.

Pour cette version 6, Adidas a choisi de ne plus intégrer une semelle Boost, qui est remplacée par les mousses LightStrike sous l’ensemble de la chaussure et LightStrike Pro sur l’avant pied, plus légères et dynamiques selon  l’équipementier aux trois bandes.

La semelle extérieure a elle aussi évolué, le quadrillage à l’avant du pied est remplacé par un rainurage en forme de stries, toujours aussi efficace en terme d’accroche que ce soit sur routes sèches ou mouillées. Sur ce point, je n’ai pas vu de grandes différences avec mes anciennes Adios, Adidas restant la référence au niveau de l’adhérence de ses chaussures de course.

Le Drop a également été abaissé, passant de 10 mm à 9 de la version 4 à 5, puis de 9 à 8 mm pour ce modèle. Personnellement, la différence étant minime, je n’ai pas forcément senti de gros changements à ce niveau malgré que le pied et le tendon d’Achille doivent travailler un petit plus.

A noter une légère évolution au niveau du poids, passant de 219 g à 236 g pour ce modèle, cela se ressent surtout en terme de confort, la chaussure est plus agréable au pied, on ressent un peu moins le côté « racer », mais pas de quoi la transformer en charentaise non plus…

Des changements certes, mais l’ADN de l’Adios conservé

Avec tous ces changements, on peut naturellement se poser la question de savoir si cette nouvelle version n’a pas changé de public. Est-elle toujours une chaussure orientée sorties rapides et compétitions ?

La réponse est clairement oui… En enfilant pour la première fois ces Adidas Adios 6, j’avais peur de ne pas retrouver les sensations des anciens modèles, semelle plus épaisse, nouvelle mousse… Et bien, j’ai été agréablement surpris au final, car après avoir effectué tout types de séances avec, je retrouve en grande partie ce qui a fait la force de cette chaussue durant toutes ces années, une chaussure dynamique qui envoie !

Malgré l’impression d’être moins proche du sol (et ce n’est pas qu’une impression), je trouve que les sensations sont là et que la semelle, bien qu’épaisse, n’est pas un assemblage tout mou type chamallow, la chaussure a du répondant et la mousse est assez ferme.

Les footings courus en Endurance Fondamentale ne permettent pas d’exploiter au mieux les caractéristiques de la chaussure, ça « tape » et ce n’est pas forcément agréable, en même temps, ce n’est pas aux faibles qu’elle est prédestinée. Je leur préfère volontiers une Nike Pegasus 38 (mon test ici) dans ce registre.

Rapidement, l’Adios 6 est devenu le modèle que j’utilise pour les fractionnés sur piste. C’est dans ces séances là que l’on peut exploiter au mieux son potentiel. La chaussure est dynamique, dès lors qu’on accélère les mousses LightStrike permettent un renvoie d’énergie intéressant et le Drop de 8 mm permet également de travailler la foulée (en tout cas plus qu’avec un modèle au drop de 10).

Pour les sorties longues avec allures spécifiques semi et marathon, je conseillerais plutôt de partir sur une Boston 10, qui offrira plus d’amorti et de moelleux, bien que cette Adios peut faire le job, à condition d’avoir une foulée efficace.

Conclusion :

Du changement pour cette sixième version, plus confortable que les anciens modèles, tout en gardant du dynamisme pour les séances rapides et compétitions. Si vous êtes à la recherche d’un modèle performant et confortable, à prix abordable, l’Adios 6 ne vous décevra pas !

Où trouver l’Adidas Adios 6 ?

Cette chaussure est disponible ici (régulièrement en réduction grâce aux codes promo)

Egalement de bonnes promos pour ce modèle sur Alltricks en cliquant ici.

0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like
Read More

Test: Nike Pegasus 37

Pour cette nouvelle version de son modèle emblématique, la Nike Zoom Pegasus, Nike a frappé fort avec  de…
Read More

Test: Saucony Kinvara 11

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir mon test des Saucony Kinvara 11. Pour tout vous dire, je partais…
Read More

Test: Adidas Boston 8

Aujourd’hui, je vous propose mon test de l’Adidas Adizero Boston 8. Chaussure qui se veut être une pure…