TEST: Saucony Endorphin Speed 3

Après le succès connu par la première et deuxième version, Saucony revisite son modèle phare : l’Endorphin Speed, troisième du nom ! A la recherche d’une chaussure mixte pour mes entrainements rapides et compétition, je me suis laissé tenter par cette chaussure et je ne regrette absolument pas mon choix. Je vous explique pourquoi dans ce test détaillé…

Caractéristiques techniques

Avant toute chose, petit tour d’horizon des caractéristiques techniques de cette Saucony endorphin Speed 3 :

  • La semelle intermédiaire est composée avec une mousse PWRRUN PB, la plus légère et réactive de la marque, assurant un bon amorti et un retour d’énergie dynamique.
  • Par rapport au modèle précédent, la base au niveau du talon a été légèrement élargie, assurant une meilleure stabilité globale de la chaussure. Également, la chaussure me parait plus haute que la précédente (à confirmer avec les deux modèles en main).
  • Cette version 3 dispose également d’une plaque en nylon, cette fois-ci en forme de S, couplée à la technologie SpeedRoll de Saucony, qui permet une propulsion efficace vers l’avant grâce à l’effet de bascule.
  • Le Drop est toujours de 8 mm et son poids n’a pas changé (217 g en pointure 42).
  • Concernant la semelle extérieure, les changements sont minimes sur ce modèle, le quadrillage a quelque peu évolué mais globalement on reste sur le procédé, avec le caoutchouc XT-900, qui permet une bonne accroche.

Dynamique et confortable, what else ?

Ce qui interpelle d’emblée lorsque l’on prend en main ces Saucony Endorphin Speed 3, c’est leur légèreté ! 217 g , c’est quasiment le même poids que mes Adidas Adios 7 que j’ai testées ici il y a quelques mois. La paire est agréable au toucher, le mesh est de qualité et parait plutôt souple.

A l’enfilage, on sent tout de suite qu’on est chez Saucony, c’est confortable, la languette est rembourrée juste ce qu’il faut, le pied est naturellement bien maintenu, même avant de faire les lacets. Aucune zone de compression ni de frictions dû aux coutures, on s’y sent bien ! Le laçage est efficace et précis, le pied est bien enveloppé, l’avant-pied est assez large, les orteils ont suffisamment de place.

A la marche, on ne sent que très peu l’effet bascule vers l’avant, en tout cas ce n’est pas aussi prononcé que sur une chaussure à plaque carbone. Le mesh est souple et aéré, la mousse fait le job en proposant un amorti confortable sans être mou.

J’ai pu tester cette chaussure sur tous types de séances, du footing de récupération à la sortie longue, en passant par du fractionné court et des allures spécifiques 10km/Semi.

Si je peux émettre une petite critique sur ce modèle, c’est peut-être au niveau de son accroche sur route mouillée qui reste encore perfectible, à l’instar d’autres marques comme Nike ou Brooks. Sur route sèche, aucun problème, mais dès lors que le sol devient glissant, on sent que la chaussure patine un peu, sans pour autant se transformer en savonnette hein 😉

Pour être honnête, j’ai choisi cette chaussure pour mes séances d’entrainements rapides et mes compétitions (10km et semi) et je dois dire que j’ai été bluffé par son extrême polyvalence ! En effet, sur des footings, avec ce poids plutôt léger, je m’attendais à tout sauf ça… C’est-à-dire une chaussure hyper confortable, qui absorbe bien les chocs, même à vitesse réduite, la plaque de nylon apporte ce qu’il faut de retour d’énergie sans pour autant qu’il y ait de sensation de rigidité dans la semelle. Je suis agréablement surpris par son comportement lors de sorties courues en Endurance Fondamentale !

Bref, passée cette agréable surprise, passons aux choses sérieuses et aux séances avec un peu de vitesse… Sur les séances piste que j’ai pu faire avec (reprise après blessure), les Saucony Endorphin Speed 3 ont du répondant, c’est léger, confortable et dynamique. Dès que l’on accélère, on sent l’apport de la plaque en nylon et l’effet bascule de la chaussure, tout en douceur, c’est en effet moins rigide qu’avec une plaque carbone. Du coup, surement un peu moins dynamique, mais beaucoup plus agréable à porter et polyvalente.

Sur des sorties longues et séances à allures spécifiques, j’ai pu travailler sur des allures 5, 10 et semi, grosso-modo entre 3’30 et 4’ au kilo, la chaussure est suffisamment confortable et amortie pour vous emmener loin tout en gardant un dynamisme important sur des variations d’intensité.  Bref, une belle bonne chaussure à tout faire.

Conclusion

Elle a tout d’une chaussure ultra-polyvalente, surprenante par son confort et son amorti sur des allures légères, elle n’en reste pas moins dynamique et efficace sur des séances à intervalles rapides et en compétition. En somme, c’est une chaussure qui conviendra au plus grand nombre.

Où trouver la Saucony Endorphin Speed 3 ?

Vous trouverez ce modèle ici (régulièrement en réduction avec les codes promo)

Également de belles affaires sur Alltricks en cliquant ici.

0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like
Read More

TEST: Adidas Boston 10

Depuis plusieurs années l’Adidas Boston est devenue une chaussure incontournable des pelotons. La version 8 m’avait accompagnée tout…
Read More

Test: Nike Pegasus 37

Pour cette nouvelle version de son modèle emblématique, la Nike Zoom Pegasus, Nike a frappé fort avec  de…