TEST: Nike Invincible Run 3

Après avoir testé la première version il y a quelques années, me revoilà avec des Nike Invincible Run au pied, cette fois-ci la troisième du nom ! Par rapport aux deux modèles précédents, qui se ressemblaient en tous points, plusieurs changements ont été opérés par la marque à la virgule sur cette dernière. Après plusieurs dizaines de kilomètres aux pieds, je peux donc vous faire un retour objectif et vous donner mon avis sur cette Nike Invincible Run 3 !

Pour ce nouveau modèle, Nike a choisi de garder les points forts qui ont fait le succès des versions 2 et 3, en modifiant quelques améliorations :

  • La semelle intermédiaire est toujours composée de la mousse ZoomX, qui équipe d’autres modèles de la marque tels que la Vaporfly 3, la Pegasus Turbo Next Nature et la Streakfly. Il s’agit de la mousse la plus légère et réactive utilisée par Nike.
  • La semelle extérieure est composée d’un quadrillage avec de nombreux petits rectangles, qui apporte une bonne accroche sur route sèche.
  • L’empeigne Flyknit enveloppe le pied dans la chaussure et permet de bénéficier d’un bon maintien grâce à l’élasticité de son mesh. Le pied est un peu comme dans un chausson.
  • Le poids de la Nike Invincible Run 3 est de 285g en pointure 42, contre 273g pour la précédente version. Un léger embonpoint donc.
  • Le drop reste fidèle au modèle d’origine : 9 mm.

Quand j’ai reçu cette paire de chaussures, ma première réaction a été : «  wahou elle claque ! ». Et en effet, passé le côté imposant de la semelle ; comme sur beaucoup de modèles, on finit par s’y faire, les chaussures actuelles ont de plus en plus d’épaisseur ; on se dit que cette Nike est bien réussie niveau esthétique.

Le mélange des couleurs pour le modèle que j’ai choisi me plait particulièrement, la semelle intermédiaire blanche, le mesh vert foncé avec des reflets dorés et les autres petits éléments fluos font que visuellement, ça en jette !

La coque talonnière a bien évolué sur cette version, moins de rembourrage au niveau du col du talon, qui pouvait pour certains être un atout et pour d’autres cela pouvait gêner le tendon d’Achille du fait de sa présence excessive.

Le mesh a l’air vraiment solide et agréable au toucher ; concernant les lacets, c’est plutôt classique avec des lacets à plat non élastique.

Le poids de la chaussure a augmenté d’une dizaine de grammes, on peut vite en déduire que Nike a renforcé la semelle intermédiaire en y ajoutant un surplus de mousse, ce qui rend les sensations d’appuis dans la chaussure bien plus ferme qu’avant.

Également, le chausson de la chaussure a quelques peu évolué, elle taille un peu plus grand que le précédent modèle. Habitué à chausser du 45.5 chez Nike, j’ai pris du 45 et j’ai bien fait, l’ajustement est juste parfait. Si j’étais resté sur ma pointure habituelle, il y aurait eu un léger flottement dans la chaussure et j’aurais dû serrer un peu plus fort afin d’avoir un bon maintien. Attention donc à choisir la bonne pointure !

La chaussure est suffisamment fit pour moi qui ait les pieds fins, je ne sens pas mon pied bouger et aucune sensation de flottement n’est à noter.

Retour sur le terrain pour ce test de la Nike Invincible Run 3 qui m’a accompagné sur différentes séances, principalement des footings et quelques sorties longues avec des allures semi (4’/kilo).

La caractéristique première de cette chaussure, c’est bien évidemment son confort. Dans cette chaussure, on s’y sent bien, le pied est comme dans un chausson, les sensations de course sur de l’endurance fondamentale sont excellentes. La chaussure dispose d’un amorti important, on sent que les chocs sont bien absorbés et que les articulations et le pied ne vont pas forcément beaucoup travailler.

Concernant l’amorti, la mousse s’avère moins « moelleuse » que sur les versions précédentes où le pied avait tendance à s’enfoncer dans la chaussure. Ici, la densité de mousse est plus importante, c’est bien plus ferme et ça me plait plutôt bien, je ne suis pas adepte des semelles ultra-molles type chamallow, et ça augure une bonne durabilité dans le temps.

Sur des sorties en footing et des sorties longues, la Nike Invincible 3 fait parfaitement le job, c’est sécurisant, amorti et confortable, ce qui permet d’enchainer les kilomètres en évitant une trop grande fatigue musculaire. La chaussure est parfaite également sur des footings de récup’, le lendemain d’une séance de fractionné par exemple.

Sur des allures plus rapides où il faut envoyer, elle va marquer ses limites : ce n’est clairement pas son rôle. Pour aller vite, il faut tabler sur des modèles plus légers et dynamiques comme la Vaporfly ou la Pegasus Turbo (test complet ici), que j’utilise beaucoup sur des allures seuils et de la VMA. Ca ne m’a pas empêché d’inclure quelques allures plus rapides dans mes sorties, autour des 4’ au kilomètre.

Elle s’avèrera plutôt polyvalente pour des coureurs loisirs, qui courent la majeure partie du temps en footing, le weekend.

Pour le coureur confirmé à la recherche d’une rotation de chaussures, elle servira sans problème sur de footings en endurance fondamentale, où son confort et son amorti seront des alliés intéressants.

Pour ma part, elle m’accompagne sur tous mes échauffements, footings et endurance active.

Cette Nike Invincible Run 3 combine parfaitement confort et amorti, elle la partenaire idéale pour vos footings et vous permettra d’enchainer les kilomètres en toute sérénité. Point fort également, la durabilité de ce modèle qui permettra d’effectuer sans problème entre 700 et 900km selon votre profil ; un excellent rapport qualité-prix.

Où acheter cette Nike ZoomX Invincible 3 ?

0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like
Read More

TEST: Adidas Boston 10

Depuis plusieurs années l’Adidas Boston est devenue une chaussure incontournable des pelotons. La version 8 m’avait accompagnée tout…